Féministe ? Oui, et ça va bien, merci

C’est tout de même surprenant comment aujourd’hui encore, si tu as le malheur de te dire féministe on te tombe sur le poil (que tu as forcément long, car la féministe, c’est bien connu, ne se rase jamais et fait des tresses avec ses poils aux pattes).

“Je suis féministe”.
Non, ce n’est pas un gros mot.
Non, ce n’est pas le coming-out d’un secret que j’aurais gardé par devers moi durant des années et que je me déciderai aujourd’hui à mettre sur la table.

“Je suis féministe”.

Militante ? Non,
Erudite des écrits et de la culture féministe ? Même pas ! (et j’ai honte !)Je suis féministe par évidence, par simple constatation, par éducation aussi, depuis toujours. j’ai grandi dans une famille où sexe, race, religion, opinions n’avait aucune importance, où l’on ne m’a jamais dit que je ne devais pas ou que je ne pourrai pas, juste parce que je suis une fille.

j’ai grandi avec cette notion d’égalité là. Dans mon quotidien, dans ma manière d’éduquer mes enfants, je tente de transmettre cette valeur d’égalité. Fils ou fille, les règles sont les mêmes, à tout point de vue, sans aucune exception.
Tout chez nous est basé sur l’égalité, égalité des droits et des devoirs.

Le Wanou peut jouer avec un aspirateur, Miss E s’intéresser à la mécanique, aucune différence.Mon fils pourrait devenir puériculteur, ma fille routarde, tant que c’est leur choix, je le respecterai. Et pour tout c’est ainsi, dans mon couple, pareil ! Mon mari repasse mieux que moi ? Tant mieux pour moi. Je suis plus à l’aise avec les nouvelles technologies que lui ? Tant mieux pour lui.

J’observe la société, celle dans laquelle je vis et et qui prétend que nous sommes tous égaux, mais n’agit pas en ce sens, ces mentalités qui peinent à changer, ces plafonds de verre qu’on ne peut crever.
J’observe nos dirigeants, qu’ils soient politiques, économiques et je compte sur les photos des colloques du G9, ou des réunions ministérielles,  les cravates versus les escarpins, quand ceux ci ne sont pas qu’alibis.

Simple évidence

J’écoute mes amies, celles qui sont encore payées 20% de moins que leurs collègues masculins pour le même travail, sans même un prétexte valable, juste quelques excuses bidon.

Je me sens proche de ces femmes qui n’ont d’autres possibilités que de quitter leur propre foyer pour se mettre elle, et leurs enfants à l’abri de la violence conjugale, alors que ce devrait être le contraire.
Je suis solidaire aussi de ces femmes qui ont cru dans le choix de rester chez elles pour élever leurs enfants et se retrouvent prisonnières d’une situation sans issue.

Je lis, j’écoute et j’entends et ne peux constater qu’à l’heure où certains réclament avec justesse une meilleure représentation des minorités, on continue encore à exhiber des femmes potiches, à promouvoir leur beauté comme seul attribut féminin valable.

Comme pour cette affiche, du bal des actrices, dont les deux « vieilles » Robin et Rampling sont absentes pour ne garder que le sexy et le beau.Ou encore toutes ces rides qu’on ne voit plus ou alors tellement arrangées, nettoyées,  photoshopées, que ces quinquas ne ressemblent même plus à elles mêmes, limite névrotique.

Je ne suis pas “pareille” qu’un homme, mais je suis son égale, ni plus ni moins, cela ne m’empêche ni d’être une chieuse, ni d’être coquette, ni d’aimer les trucs de filles ni de pleurer devant Will Smith dans à la recherche du bonheur, ou de m’offrir le sac à main de mes rêves, cela ne m’empêche pas d’avoir la peau douce, et les talons hauts.

Et tant que cette stricte égalité ne sera pas dans toutes les têtes, dans tous les actes, et surtout dans toute la société, du bas, jusqu’en haut, je serai féministe.

Dans les idées reçues, toutes faites, vous avez aussi celles sur les lesbiennes, par Crêpe Georgette !

 

Le grand bleu (oui, facile, je sais)

Les tags sont à la blogosphérie (copyright Violette) ce que les experts sont à TF1. Un max de redifs, de scénars idiots et de temps en temps un bon épisode inédit avec plein de choses passionnantes dedans. Les tags, ce sont ces patates chaudes qu’on choisit (ou pas) de refiler à ceux qu’on aime bien (ou pas, parfois on se demande), un genre de témoin pour un relais virtuel.

J’ai toujours été nulle en athlétisme.

Celui là, il est fastoche, suffisait de prendre son APN, de faire clic clic clic et de mettre ici 7 jolies (ou pas) photos avec plein de bleu dedans, faites par soi-même. Alors merci pour ce bâton pas merdeux à Alexiane, Violette, et Shalima.

La seule question qui me turlupine c’est pourquoi c’est à moi qu’on refile le bébé, quand on sait que Manou, elle, elle fait des photos TOUTES bleues, naturellement, même avec du Sinclair ou du Manoeuvre dedans (même que ça demande un rétro pédalage de folaïe derrière sur photoshop).

Hein ?

Allez, c’est parti mon kiki.Attendez, partez pas, faut encore que je refile à mon tour le bébé à une pauvre victime innocente (ou pas), histoire de…

Alors ?

Je propose le défi à Denis, (le grand bleu, ça le connait), à Gallïane et à Lousia (la photo, ça les connait), et à Camille (c’est le bon goût qui la connait) et à qui se sentira inspiré par toute cette débauche indécente de bleu.

L’animal le plus dangereux au monde !

Comme d’autres blogueurs, nous commenterons, deux fois par mois, des infos parues dans Courrier International. Des sujets qui nous aurons intéressées, interpellées ou tout simplement intriguées.

Forcément, Courrier International, inutile de préciser comment Manou et moi avons toutes deux fait des bonds de joie. Courrier international quoi ! le journal qu’on ne manquerait sous aucun prétexte et qui, lorsque nous vivions à l’étranger était devenu avec RFI, un indispensable de notre vie africaine.

En clair, on est rudement contentes. Alors voilà, je commence, avec une brève qui m’a plu, et me fait aujourd’hui réagir.

Si on vous posait la question, comme cela :

Quel est d’après vous l’animal le plus mortel au monde ? Il y a fort à parier que dans le top trois, on trouverait le requin, quelques araignées, deux trois serpents et autant de félins.

Non ?

C’est vrai qu’à choisir, on préfèrerait éviter le “grand blanc”, ou la queue du scorpion ou encore le serpent minute et sa rapide façon de tuer. Et pourtant, l’animal le plus dangereux, c’est un de ceux qu’on écrabouille du revers de la main, hop ! une baffe, et terminée, demandez à Barack, il vous montrera.

Je vous présente donc le numéro 1 mondial du nombre de tués à son actif :

bzzz, bzz fait le moustique
Ennemi public number one

Et oui, cette sale bestiole qui nous flingue nos nuits d’été et nous laisse des boutons qui grattent, grattent, grattent, est en réalité un pur tueur !

Pas chez nous (encore qu’il fut un temps où c’était le cas) mais dans les régions tropicales, ce petit insecte de rien du tout est responsable des pires maux de la terre :

Paludisme, fièvre jaune, dengue, chikungunya…

1.3 million de morts par an, essentiellement des enfants et une maladie qui est aujourd’hui en recrudescence.

Que diraient les médias si : 7 airbus vols AF447 remplis d’enfants disparaissaient chaque jour dans l’océan ? Chaque jour…

Des clients trop pauvres qui n’intéressent pas les laboratoires pharmaceutiques, des médicaments trop chers, une recherche qui piétine et de ce fait, personne ne peut dire aujourd’hui si un jour, les pays du quart monde pourront accéder à un vaccin.
Si jamais cela arrive.

Tout le monde s’en fout, ou presque.

Après l’appui financier inestimable du couple Gates, qui s’élève déjà à plusieurs centaines de millions de dollars, tant en appui aux traitements, qu’à la prévention et à la recherche, ce qui est loin d’être une goutte d’eau, un nouveau nom célèbre vient s’inscrire au Panthéon de ceux qui œuvrent contre cette maladie.

Ce nouvel appui, c’est Youssou N’Dour, à moindre échelle que les Gates, certes, mais il compte agir au Sénégal pour sensibiliser à l’utilisation des moustiquaires imprégnées, et en plus d’un disque spécialement conçu pour l’occasion, donnera bientôt un grand concert au stade de Guédiawaye, dans la banlieue de Dakar.

Les moustiquaires imprégnées sont un excellent moyen de se protéger dans la mesure où l’anophèle ne pique que la nuit. (D’ailleurs, petit conseil aux voyageurs tropicaux, chaussettes, manches longues et pantalons ou robes longues aussi le soir et faites ce que vous voulez dans la journée, vous ne craignez rien du tout)

Ce nouveau soutien n’est pas anodin, car au delà de l’argent, c’est un emblème africain qui s’engage.

Youssou N’Dour, qu’on ne prononce pas ENDOUR mais bien NDOUR, sacré “artiste africain du siècle” en 1999, a déjà prouvé auparavant ses engagements, pour Mandela, pour Amnesty International, pour le Darfour, pour les enfants d’Afrique au travers de sa fondation, c’est un chanteur engagé qui mettra, j’en suis sûre, toute son énergie au service de la lutte contre le paludisme.

Monsieur Youssou N’dour est une légende vivante et je suis convaincue que sa voix, qui porte loin, saura convaincre et sensibiliser populations mais aussi les pouvoirs en place. Inch Allah !

Pas de chance pour moi, le concert de Youssou N’Dour, c’est le 20 juin, à Dakar mais je n’y serai pas encore.

Allez, pour se consoler, une petite chanson ? On danse ?

Le truc en plus : Voici la liste de nos petits camarades qui participent, comme nous, à ce partenariat avec Courrier International
http://angie.bleublog.lematin.ch/
http://soisbelleetparle.fr/
http://thecelinette.blogspirit.com/
http://www.larcenette.fr/
http://www.ohmybloogness.com/
http://www.bozarblog.info/
http://www.blast-blog.fr
http://www.leblogdedenis.com/
http://www.ecrannoir.fr/
http://sarkofrance.blogspot.com/
http://777socrate.blogspot.com/
http://crisedanslesmedias.hautetfort.com/
http://blog-hrc.typepad.com/ressepire/
http://jegpol.blogspot.com/
http://hypos.over-blog.com/
http://maitremo.fr/
http://marc.vasseur.over-blog.com/
http://www.peuples.net/
http://mrsclooney.hautetfort.com/
http://www.emob.fr/dotclear/
http://www.presse-citron.net/
http://www.bagatelles.fr/blog/
http://ecoloinfo.com/